vendredi 8 mars 2019

Transfert d'une ruchette

Compte-rendu & photos d'Alain:

Samedi 2 mars, lors de la première visite de printemps, nous avions observé que la ruchette créée l’an dernier était pleine, prête à déménager dans une ruche plus grande.  Et donc, jeudi matin 7 mars, Claire, Xavier et Alain ont procédé à l’enruchement de notre ruchette.
On voit clairement, sur les photos, l’urgence du transfert! La ruchette était si active avec le grand beau temps que la place commençait à manquer et les abeilles ne savaient plus où bâtir des alvéoles.





A : Faute de place, 
le nourrisseur se remplissait d’alvéoles



B : La ruche d’accueil est prête 
avec ses cadres à remplir

         




 C : Le cadre est magnifiquement occupé
par le couvain (terre de sienne) et le miel 
beige grisé) en partie haute




D : Il est placé délicatement dans la ruche

            






E : Les abeilles sont en plein travail. 
Le bas gauche est occupé par le couvain mâle 
(opercules bombés)





F : Cadre aussi empli






G : La place commençait à manquer!

            
          


H : Le dernier cadre est chargé en miel


I : La ruchette est vide de ses cadres.
Xavier vérifie qu’il n’y reste pas la reine pour le grand déménagement...







J : « Allez les filles, entrez au Palace




K : On fait le tour du propriétaire et ma foi, on respire : 
“Au travail maintenant, et merci MAIA pour ce luxe!"










dimanche 3 mars 2019

Première visite de printemps au rucher MAIA

Compte rendu de Xavier : Animation au rucher du 2 mars.
Visite de printemps 

Toutes les ruches sortent d’hivernage. Zéro perte enregistrée pour cette année!
La ruchette est pleine, donc prête à déménager dans une nouvelle ruche.  
Presque la totalité des 5 cadres a du couvain serré, signe d’une jeune reine et d’une colonie saine.

4 ruches (dont la Dadant) se développent tranquillement sur 7 ou 8 cadres, chacun avec un minimum de 4 cadres de couvain.
5 ruches sont plus développées, avec un déploiement sur 10 cadres, dont 5 à 7 cadres de couvain. Sur 3 de ces ruches, nous avons ajouté un cadre bâti vide dans la chambre du couvain pour augmenter l'espace de ponte. Les deux autres sont très populeuses, et une se prépare à essaimer.

Cette ruche en cours d’essaimage nous a fabriqué 5 ou 6 Cellules Royales par cadre. Nous observons pas de ponte, ni de reine, et une population désorganisée.
Nous avons libéré de la place en plaçant des cadres bâtis vides au centre, accompagnés d’un cadre possédant 4 Cellules Royales. Toutes les autres CR ont été soigneusement détruites pour éviter d’autres essaimages qui videraient complètement la ruche.

L’autre ruche forte a pris totalement place, avec 7 cadres de couvain serré. Nous observons des oeufs du jour déposés par la reine. Nous prenons la décision d’augmenter le volume de la ruche en ajoutant un deuxième corps Langstroth.
Pour favoriser le développement de la colonie à l’étage supérieur, nous prélevons des cadres de couvain fermé et ouvert pour les monter à l’étage. Ceci permet de déménager les nourrices et d’attirer la reine.
Nous avons ainsi doublé la chambre d’élevage (jusqu’à 14 cadres) pour mieux gérer l’essaimage. Nous décidons de consacrer cette ruche à l’élevage d’essaims, de reines ou à d'autres besoins pour aider au développement des colonies.

Conclusions:
Nous sortons d’hivernage avec 0 perte et un cheptel dans l’ensemble sain et en bonne santé, avec encore beaucoup de nourriture et des reines qui pondent depuis quelques semaines, +  une ruche déjà essaimeuse. Grâce à la chaleur du moment, ça développe à fond! Fort de constater que nos abeilles n'ont peut-être jamais hiverné! 

Rdv à la deuxieme visite de printemps. La date  vous sera communiqué rapidement.










samedi 2 février 2019

Assemblée générale, 1 février 2019

L' Assemblée générale de MAIA a eu lieu à La Coupole de La Gaude ce vendredi soir à 18 heures. Malgré le temps froid et pluvieux, des membres et amis de l'association sont venus nombreux (environ 25 personnes) pour une soirée très conviviale. Nous étions heureux d'accueillir M. le Maire Bruno Bettati qui est venu confirmer son soutien fidèle, et d'exprimer son espoir de recevoir une réponse positive à notre demande de "labelisation ApiCité", dont la Mairie a récemment déposé le dossier auprès de l'Union nationale de l'apiculture française. 

Nous avons ensuite regardé un message/vidéo très enthousiaste de la part de Xavier Valette, notre guide-apiculteur qui prévoit la première animation du nouvel an pour fin-février au rucher. L'ordre du jour a été suivi avec la ré-élection de 2 membres sortants du Conseil d'administration. Surprise très agréable: un nouveau membre s'est présenté au CA! Il s'agit de Marianne Drouet -- présidente du photo-club de La Gaude -- très motivée à participer aux actions de MAIA. Elle a été élue à l'unanimité. 

Ensuite Françoise Dalban (sécretaire de l'Assoc.) a présenté en forme de diaporama un compte-rendu très complet des activités de l'année 2018. Trésorier Armand Bach a présenté le bilan financier et le budget prévisionnel pour 2019, les 2 approuvés à l'unanimité. 

Co-président Alain Peinardo a expliqué le programme apicole 2019 (établi par Xavier Valette et envoyé par email aux adhérents), et aussi 2 nouveautés: nous allons (1) entamer un élevage de reines et (2) expérimenter une "ruche  libre" sans plaques de cire gaufrée dans les cadres. Selon les infos. d'Alain, les abeilles construisent des plus petits alvéoles quand elles ne suivent pas le gabarit d'une plaque de cire. Un effet bénéfique de ces plus petits alvéoles est de décourager l'infestation des larves de varroa. 2 affaires à suivre.  

Vanessa Siegel, un des membres fondateurs de l'association MAIA et fidèle soutien en tant que conseillère municipale et départementale, a parlé de l'importance de nos actions en faveur de l'environnement. Elle a souligné la campagne d'éradication de frelons asiatiques financée par le Département. Merci à Vanessa pour sa participation à l'AG! 

La soirée s'est terminée avec la distribution des pots de miel au membres, et un apéritif d'amitié très convivial.  Merci à tous d'être venus à l'AG et de travailler en faveur des abeilles!  























dimanche 18 novembre 2018

Rucher: préparations pour l'hiver

17 novembre, samedi matin: avec Xavier nous avons préparé les ruches pour l'hiver (total   = 9 ruches + 1 ruchette). 
Il faisait trop froid pour les ouvrir, mais nous avons observé pas mal d'activités à l'extérieur, surtout quand les nuages laissaient place au soleil. Des abeilles s'agglutinaient en grappe à l'entrée de chaque ruche, et des butineuses ramenaient du pollen jaune clair.
Devant une des ruches, un tas d'abeilles au sol semblaient mortes ou endormies. A notre surpris et grand soulagement, les abeilles ont commencé à bouger et à reprendre vie quand le soleil les a réchauffé.

En soupesant les ruches, on les a trouvé (toutes sauf une) très lourdes qui veut dire que les abeilles sont abondantes et ont stocké du miel. On peut estimer que notre traitement "chimique" anti-varroa (lanières Apivar) a été efficace. Malheureusement Xavier lui-même a perdu 30 ruches sur 210 de son propre cheptel à cause du varroa, en dépit de l'utilisation de divers traitements "bio" qu'il expérimentait.   

A prévoir avant l'arrivée du grand froid: des plaques de polystyrène isolantes à découper et insérer sous le toit de chaque ruche.  


On observe une grappe d'abeilles
tombée au sol, inerte

Visite d'une mante religieuse
Baguette en bois réduit la taille de l'entrée.
Triangle rose aide les abeilles à retrouver leur ruche

Conversation entre 2 butineuses
Butineuse chargée de pollen jaune,
probablement pollen d'arbousier

Xavier regarde rapidement à l'intérieur de
  cette ruche mais on n'ouvre pas les autres
Plaque de fond (rouge) inséré sous chaque ruche
Jeunes membres de MAIA,
Amélie et Guillaume 
Plaque de fond insérée sous la ruchette 
Grappe d'abeilles (tombée au sol) se ravive
quand réchauffée par le soleil 

  "Prévoir nourrissement" (= colonie assez faible) 

lundi 5 novembre 2018

MAIA au Salon des Champignons et des Plantes sauvages

Message d'Alain Peinado,co-président de MAIA:
     Si j’ai voulu que MAIA participe à ce salon très prisé, organisé par l’ANNAM*, c’est dans le seul objectif d’informer le public des dangers rencontrés par les abeilles et les insectes pollinisateurs. Dangers dus aux pesticides, frelons asiatiques, varroas, etc.
     La présentation de notre ruche « sans danger », puisque les cadres étaient habillés de photos, a suscité un grand intérêt parmi les visiteurs, captivés par les explications de Monique, Claire et moi-même.
     Malgré un temps assez défavorable limitant les entrées, nous avons apprécié les encouragements des organisateurs et du public à continuer notre action en faveur de nos amies les abeilles. Merci à tous nos adhérents de nous y aider!  

Association des Naturalistes de Nice et des Alpes Maritimes, société scientifique fondée en 1911, forte de plus de 200 membres, comprend 6 sections : Botanique, Entomologie, Géologie, Lichénologie, Mycologie et Ornithologie.
Son but est dans le cadre associatif de proposer des sorties et conférences toute l'année (sauf durant les mois d'été) pour découvrir la nature et apprendre. L'ANNAM organise chaque année 2 importants salons dans la salle Emeraude, jouxtant la serre tropicale du Parc Phoenix à Nice.

Photos d'Alain Peinado. Cliquer sur chaque image pour l'agrandir:
  Le salon vient d’ouvrir: Christiane et Gérard, adhérents 
de MAIA, et leur petit fils découvrent notre stand.
Si Monique expliquait, en français, la vie de la ruche, 
Claire a eu tout loisir de fournir les renseignements en anglais.
 MAIA s’internationaliserait-il ?
Afin de pouvoir parler de nos amies les abeilles dans leur habitat, 
nous avons préparé une ruche dont les cadres étaient “habillés” 
de photos de cadres vivants d’abeilles. 
Aucune piqure d’abeille ne nous a été signalée durant le Salon.
             Monique explique comment vivent et évoluent nos abeilles 
au sein de leur “maison”: la ruche. Nous sommes cernés par 
le merveilleux spectacle des plantes sauvages.
La discussion s’anime au sujet de la présence de Vespa velutina,
prédateur de nos abeilles. Les petits nids de frelons asiatiques
présentés interpellent tout particulièrement les enfants.
Monique, Frédéric et Fabrice continuent inlassablement leur énorme 
travail de détermination des plantes sauvages et des champignons.